PRAXIS

Philosophie de l'acte réel

THEORIE ET PRATIQUE

C'est à partir de la société en place qu'on peut établir les conditions de lutte pour en changer par des actions qui auront des effets objectifs pour le changement envisagé s'ils sont adéquats au but visé.

Pour établir ces conditions, il faut des "organisateurs" et des "dirigeants". Les organisateurs sont la couche spécialisée (les intellectuels) pour l'élaboration intellectuelle et philosophique qui est chargée d'organiser la PRAXIS, c'est à dire le concept d'unité de la théorie et de la pratique dans sa phase initiale. Savoir si la théorie doit être avant la pratique ou seulement un complément, un accessoire, est un aspect de la question politique des intellectuels. 

Organiser ces conditions est un processus long, difficile et pleins de contradictions, de marche en avant et de recul, de débandades et de regroupements avant que la fidélité et la discipline prenne forme par l'adhésion et la collaboration au développement du mouvement avec un phénomène culturel tout entier. Ce processus de développement est lié à la dialectique Intellectuels - Masse de gens simples. La conduite des individus au groupe n'est pas toujours indépendante, ni autonome, mais parfois soumise et subordonnée intellectuellement par un autre groupe ou individu. Pour parvenir à une unité des deux, il est nécessaire quand la couche des intellectuels se développe que la masse GS s'élève à un niveau supérieur afin d'élargir le cercle des influences jusqu'au moment où se produira un décrochage, une perte de contact, qui fera que le groupe Théorique - Pratique se scindera. L'élément pratique se séparera et on se trouvera dans une phase économique corporative qui transformera la structure pour qu'apparaisse la qualité superstructure.

Ce sont ces organisations qui s'élaborent sur de nouvelles conceptions philosophiques intellectuelles intégrales qui sont le creuset de l'unification de la Théorie et de la Pratique en tant que processus historique réel. l'Homme de masse a deux sortes de consciences, l'une est implicite à son action et il s'unit réellement à tous les collaborateurs dans sa transformation pratique de la réalité et l'autre, superficiellement explicite ou verbale, qu'il a hérité du passé et reçu a-critiquement. Ces deux consciences peuvent entrer en contradiction et s'opposer lorsque l'action ne reflète  pas la croyance. Ainsi, la conception de l'homme de masse est celle contenu dans son action.

Une philosophie sous entend implicitement toute action de l'homme soit comme projet, soit comme connaissance, soit encore comme éthique. Ces trois éléments pouvant s'articuler entre eux selon un ordre et des modalitées apparament différentes, mais il faut distinguer l'implicite, c'est à dire ce qui est énoncé clairement (bien qu'existant). Ce qui n'est pas organisé à l'intérieur d'un discour de ce qui est explicite ou pour mieux dire de ce qui est une conception du monde cohérente exprimée.

C'est un point de passage logique de toute conception du monde à la morale qui lui est conforme, de toute contemplation à l'action, de toute philosophie à l'action politique qui en dépend.

REALITE - ACTION

Ainsi la philosophie de la PRAXIS s'actualise, vit historiquement, c'est à dire socialement ce changement de conception; la philosophie devient réelle et renverse la praxis. La Théorie débouche sur des Actions qui sont le fruit de volontées diverses, à condition, là encore, qu'il y  ait  adhésion complète de la Théorie à la Pratique. Cette pratique déterminée doit se construire sur une théorie qui doit coincider avec les éléments décisifs de la pratique, s'identifier à eux pour leurs donner une force maximum. C'est la position Théorique qui détermine l'élément pratique indispensable; la pratique est rationnelle et nécessaire comme doit l'être la théorie.

C'est au moment de la transition que s'opère, que se pose le problème de l'identité de la théorie et de la pratique. La théorie affirme en paroles la concetion du monde  qui résulte d'un fait politique, d'une philosophie de la politique. Cette philosophie c'est l'acte réel (praxis développement). La philosophie de la PRAXIS est un dépassement de l'idéologie et s'oppose à elle. Les idéologies sont les reflets des institutions et servent de justifications après coup. Il faut dépasser l'idéologie scientiste de la logique formelle.

La philosophie apporte l'idée de "raison" qui gouverne le monde qui fait que l'Histoire s'est déroulée rationnellement. La réflexion philosophique vise à écarter le hasard; rien ne relève du hasard.

*

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 27/11/2014