POUR ALLER PLUS LOIN

CONSEILS DE GRAMSCI

L'étude du processus de développement intellectuel d'un penseur n'écessite d'examiner chacun des éléments essentiels à son développement en commençant par rechercher tous les textes qui ont trait au développement du travail intellectuel du penseur, sans présugé, à priori ou parti-pris. Cette recherche doit porter sur tous les écrits certifiés du penseur.

On classe ensuite ces éléments assumés par sa pensée propre qui sont devenus stables et permanents. Ce classement se fera sous forme de sélection pour des périodes plus ou moins longues, en suivant le développement intrinsèque de sa pensée; on peut pour celà aussi utiliser des informations extérieures, mais cette sélection ne doit pas relever uniquement des informations extérieures.

Ce qui reste doit faire l'objet d'un tri.

- Sympathie du penseur à certains moments de sa vie pour des doctrines et des théories qui sont restées provisoires mais qui l'ont aidés pour son travail critique ou de création historique et scientifique, c'est à dire non par simple curiosité extérieure mais par un intérêt profond pour comprendre (étude de jeunesse, universitaire...).si l'activité théorique du penseur est indissolublement mélée à l'activité pratique (journalisme, politique) avec une intelligence en continuel état de création et en perpétuel mouvement avec un sens aigu de l'auto-critique.

Après ces prémisses, on range ce qui reste dans le rebus des "inclassables".

Pour commencer ce travail préliminaire qui rendra possible toute recherche ultérieure, les directions à suivre sont les suivantes:

1 - Reconstruction de la Biographie qui concerne l'activité pratique mais surtout intellectuelle.

2 - Remettre dans l'ordre chronologique sous forme de registre toutes les oeuvres même les plus minimes avec des divisions répondants à des raisons intrinsèques:

- de formation intellectuelle

- de maturité de possession et d'application de la nouvelle méthode de penser et de concevoir la vie et le monde.

On recherche son leitmotiv, le rythme de la pensée en développement et non des affirmations consensuelles et des aphorismes détachés du contexte.

On distinguera parmi ces oeuvres:

a) - Les oeuvres menées à terme et publiées.

b) - Celles restées inédites parce qu'inachevées ou publiées ultérrieurement à sa mort qui ont pu faire l'objet de révisions, remaniements, coupures, etc.

Ces oeuvres posthumes ne peuvent être considérées comme définitives, mais seulement comme un matériel qui était en cours d'élaboration, provisoire.

Il n'est pas exclu que parmi ces oeuvres élaborées depuis longtemps, que l'auteur n'a jamais décidé de les achever, qu'il les ait lui même considérés comme insuffisantes où qu'il les ait répudiées en partie ou totalement. Ces textes réstés inédits de son vivant nécessitent pour être étudiées d'avoir les originaux établis avec des critères scientifiques.

Chaque section sera reconsidérée par période chronologique- critique de façon à pouvoir établir des comparaisons valables et non purement mécaniques et arbitraires.

L'étude et l'analyse des oeuvres publiées donnent des critères pour évaluer, critiquement, dans quelle mesure on peut se fier aux oeuvres posthumes.

c) - La correspondance:

un avis émis dans une lettre ne serait peut être pas répétée dans un livre. Le style d'une lettre peut conduire à une différence d'argumentation. Dans les lettres, les discours comme dans les conversations, on trouve souvent des erreurs logiques dù à la rapidité de la pensée au dépend de la solidité des arguments ( c'est moins le cas dans les rapports).

d) - Contributions extérieures

Les contributions extérieures apportées par d'autres personnes ne sont pas forcement exactes. Il faut s'assurer que ce qui est rapporté par ces personnes sont authentiques et sans infiltration.

 *

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 05/02/2017