- Les Modes de vie du Présent

Pour la philosophie de la praxis toute chose qui existe est rationnelle, une chose qui a eu ou a une fonction utile.

Que ce qui existe ait eu sa raison d'être en tant que "conforme" au mode de vie, de pensée et d'action de la classe dirigeante ne signifie pas que ce soit devenue "irrationnel" parce que la classe dirigeante a été privée du pouvoir et de sa force d'en donner  l'impulsion à toute la société. Ce qui existe a eu sa raison d'exister, a servi, a été rationnel, a facilité le "développement historique" de la vie.

Qu'à partir d'un certain point cela n'a plus eu lieu, que la modalité du progrès qu'étaient telles formes  de vie soient devenues un empêchement et un obstacle, c'est vrai, mais pas sur "toute la ligne" comme on dit. C'est vrai là où c'est vrai. C'est à dire dans les formes de vie les plus hautes, celles qui sont décisives, celles qui marquent la pointe du progrès, etc. Mais la vie ne se développe jamais de façon homogène, elle se développe au contraire par des avancées partielles, de pointe; elle se développe pour ainsi dire par croissance "pyramidale".

De tout mode de vie il importe d'en étudier l'histoire, c'est à dire l'originaire "rationalité", puis, celle-ci reconnue, se poser la question pour chaque cas pris à part:

- Cette rationalité existe-t-elle encore (pour autant qu'existe encore les conditions sur les quelles cette rationalité se fondait?). On ne prète pas assez attention au fait que les modes de vie apparaissent à qui les vit comme "absolus", comme "naturels". C'est déjà énorme d'en montrer l"historicité", de démontrer qu'ils sont justifiés mais "irrationnels".

Quand une façon de penser, de vivre, d'agir, s'est introduite dans une société parce qu'elle appartenait à la classe dirigeante cela ne s'ignifie pas qu'elle soit par elle même irrationnelle et qu'il faut la rejeter.

Quand on y regarde de plus près, on voit que dans tout fait existe deux aspects: Un "traditionnel" c'est à dire conforme au but économique et l'autre relevant de la "mode" qui est une façon d'être déterminée du premier aspect rationnel. Porter, par exemple, des chaussures est rationnel mais la forme déterminée est dû à la mode.

Il ne faut pas confondre l'utilité permanente (dans la mesure où il y  a permanence) avec la mode. Il faut analyser les façons d'être, de vivre et les critiquer en séparant ce qui est permanent, utile, rationnel, conforme au but (dans la mesure où le but subsiste) de ce qui est accidentel ou qui relève du "snobisme".

Sur la base du rationnel il peut être utile de créer une mode originale, c'est à dire une forme neuve qui intéresse. La nature de l'Homme n'est pas homogène pour tous les hommes de tous les temps. L'ensemble des rapports sociaux est contradictoire à chaque instant et en continuel développement. Il faut se persuader que ce qui est objectif est nécessaire et faire "liberté" de ce qui est nécessité objective. C'est sur cette objectivité et nécessité historique que l'on peut fonder " l'universalité" du principe moral qui est cette nécessité objective de la technique sociale.

La question de morale et de civilisation la plus importante, liée à la question sexuelle, est celle de la formation d'une nouvelle personnalité féminine.

Le fossé qui s'est creusé entre la moralité et les habitudes de vie des travailleurs et celles des autres couches de la population ira sans cesse en s'élargissant.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 21/03/2017

×