5-

J'aime me rappeler les faits et scènes de l'enfance; j'y trouve, il est vrai beaucoup de peines et de souffrances, mais aussi quelque chose de joyeux et de beau. Et puis, j'y retrouve toujours ma chère maman et ses mains toujours affairées pour nous, pour alléger nos peines et nous trouver à toute chose une utilité ou une autre. Je me rappelle mes stratagèmes pour avoir du bon café, sans orge et sans autres cochonneries de même genre. Je me disputais, jour après jour, avec ma maman qui voulait me persuader qu'un peu d'orge dans le café rafraichit: "mais je ne veux pas me rafraichir, moi, je veux boire du café!"

ag-galleria-foto-01-mere-antonio-fin-1899.gif

Elle était trés forte et trés résistante malgré l'âge, les grandes douleurs et les grandes épreuves qu'ell a dû traverser; Son nom de jeune fille était Guiseppina Marcias. Elle a eu 7 garçons et filles : Gennaro, Grazietta, Emma, moi antonio, Mario, Térésina et Colla qu'elle a parfaitement élevés dans des conditions difficiles. Si nous avions eu affaire à une autre femme, qui sait quelle fin misérable nous aurions connu?

je dessinais beaucoup, mais c'était plutôt un travail de patience, personne ne m'avait appris. Je reproduisais, en les agrandissant, les personnages et les images d'un journal illustré. Les personnages les plus illustres étaient: Tiu Remundu Gana, Ganossa et Ganolla, maistru Andriolu et Tiu Millanu, Tiu Micheli Balboi, Tiu Iscorza allutti, Pipetto, Corroncu, Santu Jacu Zifighertari, etc, etc.

J'essayais aussi de reproduire les couleurs fondamentales avec un système à moi qui n'était pas trés compliqué mais qui demandait beaucoup de patience. Je me souviens encore d'une image qui me couta au moins trois mois de travail: un petit paysan était tombé tout habillé dans un baquet rempli de raisin prêt à être préssé, et une petite paysanne toute ronde et grassouillette qui le regardait, mi effrayée - mi amusée. Cette image faisait partie d'une série d'aventures dont le protagoniste était un bouc à l'aspect terrible ( Barbabucco) qui en donnant des coups de tête à l'improviste et traiteusement, faisait voler dans les airs ses ennemis ou les enfants qui se moquaient de lui. Cela se terminait toujours de façon amusante, comme dans mon image. Cela m'amusait d'agrandir le petit dessin; mesurer à l'aide d'un double décimètre et du compas; essais, vérifications avec le crayon, etc, etc. Mes frères et mes soeurs regardaient et riaient mais ils préféraient courir et pousser des cris, et ils me laissaient à mes exercices.

*

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 06/11/2012

×