47-

ag-galleria-foto-26-antonio-1935.gif

A ce jour je dois bien avoir rempli une trentaire de cahiers avec mes sujets "fur ewig". Dans un des plus récent, j'ai passé mes nerfs sur le livre de Boukharine: " le manuel populaire de sociologie marxiste" sous titré: "théorie du matrialisme historique". Quand on lit ce manuel, on croit être en présence de quelqu'un qui ne pouvant pas dormir à cause du clair de lune, se donne beaucoup de mal pour tuer le plus de lucioles qu'il peut, convaincu qu'il atténuera ainsi la clarté importune ou la fera disparaitre.

Boukharine a un style et une fougue oratoire, mais il s'entête dans son opinion sans tenir compte des critiques ou alors il répond à côté.

D'entrée le manuel fait fausse route en supposant (implicitement) au départ que la conception du monde des intéllectuels et la religion du haut clergé s'opposent à l'élaboration d'une philosophie des masses populaires. Le danger du manuel est d'être prédominé par des éléments "superstitieux", acritique, au lieu de critiquer scientifiquement. Il critique les systèmes phylosophiques au lieu de partir de la critique du sens commun. Ici, la philosophie de la praxis est conçue sous une forme polémique, de lutte perpétuelle. On ne trouve pas dedans  ne serait-ce qu'une allusion explicite au fait que la véritable philosophie de la praxis est une "sociologie" ou une science de la politique et de l'historiographie. Le manuel nie la possibilité de construire une sociologie de la praxis, c'est à dire comme une science de l'histoire et de la politique. On cherche en vain un exposé quelconque de la dialectique.  On ne voit pas la justification du lien entre le tître général "théorie" et le sous tître "manuel populaire"?. En fait le tître ne correspond pas au contenu du livre qui s'ignifie mettre sous forme de système logique et cohérent les concepts philosophiques qui ne sont connus que par fragments sous le nom de "matrialisme historique" (et qui sont souvent) bâtards, dérivés de doctrines étrangères, et qui en tant que tels devraient être critiqués et rejetés.

Dans le premier chapître on devrait voir traitées les questions suivantes:

-qu'est ce que la philosophie?

-En quel sens une conception du monde peut-elle être appelée philosophie?

-Comment a été conçue jusqu'ici la philosophie?

-La philosophie de la praxis incarne t-elle cette conception?

-Pourra-t- elle jamais avoir une forme spéculative?

-Quels rapports existent entre les idéologies, les conceptions du monde, les philosophies?

-Quels sont ou doivent ils être les rapports entre la théorie et la pratique?

-Ces rapports comment sont ils conçus par les philosopphies traditionnelles?

C'est la réponse à ces questions et d'autres éventuelles qui constitue la " théorie de la philosophie de la praxis"

 

*

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 06/11/2012

×