43-

Depuis quelques temps on ne peut plus cultiver dans la cour. Tout a été arraché, le vieil églantier est mort et désséché. On m'a interdit de semer et de cultiver quoique ce soit; mon rosier de Jéricho et ma plate bande ont été détruit. Rien ne doit atténuer le caractère afflictif de la peine de prison. Pas question qu'un lutin de la nature vienne me chatouiller les narines avec les parfums et les yeux avec les couleurs des fleurs. Quand on a consacré toute sa vie à une fin et que l'on fait tendre vers cette fin toute son énérgie et toute sa volonté, n'est-il pas fatal que quelques unes, ou beaucoup ou ne serait-ce qu'une seule des parties individuelles soit à découvert? On y pense pas toujours et c'est pourquoi à un moment donné on le paie. L'origine de l'erreur est la faiblesse de ne pas avoir su ou osé rester seul, ne pas se créer de liens, d'affections, d'amitiés, etc. Quand on en arrive là, il est certain que seule l'indulgence peut donner la tranquilité ou du moins une certaine tranquilité qui ne soit pas l'apathie, ni l'indifférence complète et qui laisse une fenêtre ouverte sur l'avenir.

Le sentiment d'être isolé personnellement ne m'a pas plongé dans le désespoir ou dans quelque autre état d'esprit tragique. En réalité, je n'ai jamais éprouvé le besoin d'un apport extérieur d'énergie morale pour vivre énergiquement ma vie, même dans les pires conditions et j'en ai d'autant moins besoin, aujourd'hui, où je sents que ma force de volonté est plus forte, plus concrète et plus affecttive. Avant j'étais presque orgueuilleux de me trouver isolé, aujourd'hui au contraire, je sents toute la pauvreté, la stérilité, l'étroitesse d'une vie qui serait uniquement fondée sur la volonté. Voilà mon état d'esprit actuel. Le Moi qui est ma personnalité reste en continuel mouvement.

J'ai entrepris une étude sur les intellectuels, trés vaste dans son dessein. J'élargis beaucoup la notion d'intellectuel et ne la limite pas à la notion courante qui ne s'applique qu'aux grands intellectuels. Cette étude m'amène aussi à préciser quelque peu le concept d'Etat par quoi on entend d'ordinaire la société politique (une dictature ou un appareil coercitif pour adapter les masses populaires au type de production et à l'économie d'une époque donnée) et non l'équilibre entre la société politique et la société civile (où hégémoniequ'un groupe social s'exerce sur la société nationale dans son entier par le moyen d'oganisations prétendument privées, comme l'Eglise, les syndicats, les écoles, etc)  et c'est justement dans la société civile qu'opèrent en particulier les intellectuels (Benedetto Croce par exemple est une espèce de pape laïc et il est un instrument de  tel ou tel gouvernement). La plus typique de ces catégories d'intellectuelles est celle des ecclésiastiques, c'est la catégorie intellectuelle organiquement liée à l'aristocratie foncière. Ce monopole des superstructures de la part des ecclésiastiques n'a pas été exercé sans luttes et sans restrictions ( c'est de là qu'est venu le sens général d'"intellectuel" ou de "spécialiste" qu'a pris le mot "clerc" dans de nombreuses langues d'origine néo- latine, ou fortement influencées, à travers le latin d'église, par le langues néo- latines, avec son corrélatif: "laique" au sens profne, de non spécialiste).

Pareille étude va me demander de consulter quantité de documents et de remonter juqu' à la période de la féodalité.

*

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 28/08/2012

×