21-

J'avais arrêté mes études universitaires, mais mon ancien professeur Cosmo insistait por que j'écrive une étude sur Machiavel et le machiavelisme. C'était chez lui une idée fixe, il me le rappelait à chaque occasion.

Quand j'ai dit chez moi: "Je parts à la guerre", je ne pense pas qu'il s'agisssait dans mon esprit d'une expérience. L'histoire maitrise la vie, les leçons de l'expérience mais il ne faut pas en tirer de conclusion; ma vie, pas plus que celle des autres, s'est dévelopée de façon homogène. Il y a une sorte de croissance pyramidale. Mon choix de faire de la politique relève de cette logique.

Quand nous réfléchissons à la question :"qu'est-ce que l'homme?, nous voulons dire; qu'est-ce que l'homme peut devenir, c'est à dire l'homme peut-il dominer son propre destin, peut-il se " faire", se créer une Vie?

Disons que l'homme est un processus et précisément, c'est le processus de ses actes. C'est pas une question "abstraite" et "objective". Elle est né de ce que nous avons réflèchi sur nous mêmes, sur les autres, et de ce que nous voulons savoir, en fonction de nos réflexions et de ce que nous avons vu, ce que nous sommes et ce que nous pouvons devenir. Nous sommes les ouvriers de nous mêmes, de notre vie , de notre destin.

En mai 1915, Turin a connu une première insurrection armée qui avait pour but d'empêcher l'intervention de l'Italie dans la guerre contre l'Allemagne

L'année suivante, j'ai connu un type bizarre, non dépourvu d'un certain genre et de talent car il avait finit par inventer un petit cheval mécanique qui remuait les pattes et marchait comme un cheval vivant. Il voulait, sérieusement, que je me soumette en sa compagnie à cet exercice destiné à nous rendre invulnérable. Cela consistait à nous tirer, méthodiquement, centimetre par centimetre de peau, des coups de pistolets, en le chargeant, progressivement, depuis des doses minimes jusqu'aux doses normales. Je me suis bien gardé d'accepter et donc je n'ai pas pu, physiquement, m'imuniser la peau, mais depuis, j'ai acqui la conviction de m'être immunisé la peau disons "moeale" ou sentiùentale ou psychologique.

Depuis le début de la guerre, ma mère vivait dans un état de frayeur permanente (trois de mes frères étaient au front) et elle avait une phrase à elle: "mes enfants, ils vont en faire de la chair à canon", ce qui en sarde est terriblement plus expressif qu'en Italien; " on les mettra en pièce" (faghere a pezza); Pezza est la viande que l'on met en vente, tandis que pour l'homme on utilise le terme "carne".

L'éclatement de la guerre mondiale a démontré comment les classes et les groupes dirigeant savent exploiter ces idéologies, apparament inoffensives, des "deux mondes" impénétrables, des races, etc, pour provoquer les mouvements d'opinions.

En aout, j'avais écris un article sur l'histoire qui est paru dans " l'avanti" le 29 aout dans lequel je disais  que; "c'est alors qu'on retourne à la vie active, qu'on ressent de façon la plus plastique la réalité de l'histoire. En ramenant à elle non seulement les faits, mais aussi les sentiments, on finit par reconnaître qu'en elle seule se trouve l'explication de notre existence. Tout ce qui peut devenir histoire ne peut être surnaturel, ne peut être le résidu d'une révélation divine. Si quelque chose est encore inexplicable, c'est dû seulement à notre insuffisance cognitive, au fait que nous n'avons pas encore atteint la perfection intellectuelle. Et cela peut nous rendre plus humbles, plus modestes, mais ne peut plus, désormais, nous jeter dans les bras de la religion. Notre religion revient à l'histoire, notre foi revient à l'homme, à son activité, à sa volonté".

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 12/04/2014

×