18-

 A l'automne j'ai fui, c'est le mot, la maison familliale où jétait retourné parce que la vie m'y était devenu insupportable et je suis tombé, sans m'en rendre compte,  dans un endroit où j'étais pas mieux et dont je serais parti volontier si j'avais trouvé un bon logement; mais pour se loger à peu près convenablement il fallait y mettre le prix et ça c'était impossible. Côté université je suivis le cours d'art du professeur Toesca; il nous avait expliqué à partir d'une reproduction de  la fresque de Pompéi où Médée assiste au meurtre de ses enfants qu'elle a eu de Jason, qu'elle y asssiste les yeux  bandés. Toesca nous expliqua que c'était-là une manière de s'exprimer des anciens et nullement un artifice d'artiste impuissant mais au contraire la meilleure manière de donner l'impression de la douleur infinie de la mère qui si elle avait été représentée matériellement, aurait pris la forme d'une grimace d'une femme en pleurs. C'est là quelque chose dont je me suis souvenu en étudiant le chant X de l'enfer de Dante dans la "Divine comédie".

Le 4 novembre je réussissais à passer néanmoins l'épreuve de Géographie où j'obtenais 30 et l'examen de grammaire grecque et latin. Le  12 j'eu 27 ainsi que 30 à l'examen de Philologie avec félicitations

J'étais heureux car j'avais vécu dans des condtions difficiles sans pour autant désespérer. Toute cette vie avait durcit mon caractère..

L'année 1913 ne fût pas plus facile, ma santé me contraignit à remettre la date de mon examen à la session automnale par suite d'une grave névrose ainsi que je l'écrivis à mon père.:

" C'est la rage, le désespoir au coeur que je t'écris. J'ai vécu aujourd'hui une journée que je me rappellerais longtemps, et qui, malheureusement n'est pas encore terminée. C'est inutile, je me suis acharné à ça depuis un mois et avec fureur ces derniers jours, mais à présent , après une crise déchirante, j'ai pris la décision; je ne veux pas encore aggraver plus mes conditions, et je ne tiens pas à tout perdre le peu que j'ai encore conservé. Je ne me présente pas à mes examens pour ne pas perdre le collège, pour ne pas me détruire complètement...

Mon cher papa, en un mois de travail et d'acharnement, tout ce que j'ai obtenu c'est de me provoquer des vertiges, de nouveaux maux de tête insupportables et une forme d'anémie cérébrale qui m'ôte la mémoire, me ravage le cerveau, me rend fou, heure après heure, sans que je réussisse à trouver le repos ni en me promenant, ni en m'étendant sur le lit, ni en me roulant par terre, à certains moments, comme un furibond... Hier, m'a logeuse m'a fait venir un médecin qui a dû me faire une piqûre pour m'injecter un calmant. A présent je prend de l'opium, mais le tremblement n'est pas passé et je ne peux, à aucun moment, fuir l'idée obsédante que je vais tout perdre. Un de mes camarades m'a convaincu; je vais voir si je peux obtenir quelque chose en présentant un certificat médical; il  peut se faire que la commission des professeurs décident de me laisser ma bourse en me permettant de présenter mes examen en mars..

*

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 23/11/2013

×